La collection François-Lang

La collection musicale réunie par le pianiste François-Lang (1908-1944) en seulement dix années (entre 1931 et 1941) rassemble environ 1 300 titres, manuscrits et imprimés allant du XVIe au XXe siècle. Le plus ancien document conservé date de 1571 : il s’agit des “Dulcissimae quaedam cantiones, numero XXXII” du compositeur et organiste allemand Johann Knöfel (entre 1525 et 1530 – 1617).
 
Un ensemble unique de manuscrits et imprimés

La collection musicale François-Lang contient des manuscrits autographes et éditions annotées de Claude Debussy, des manuscrits autographes de Fauré, des esquisses, lettres et épreuves corrigées de Berlioz.

Elle est remarquable pour son ensemble de pièces relatives à l’histoire de l’opéra français, de son origine à la fin du 18e siècle, tant par la variété typologique des documents (partitions, recueils, livrets, textes littéraires) que par leur rareté et leur pertinence (premières éditions, exemplaires remarquables par leur reliure, leur marque d’ancienne appartenance ou encore leur dédicace ou signature).

La musique pour clavier tient une place essentielle dans la collection François-Lang avec, par exemple, les premières éditions de Couperin, Haydn, Mozart, Carl Philipp Emmanuel Bach ou encore un important ensemble de recueils factices de musique instrumentale du 18e siècle (pièces pour piano seul, trios et quatuors avec piano, quintettes etc...).

Avec Berlioz, Schubert, Schumann et Liszt sont les principaux représentants de la musique du 19e siècle dans la collection François-Lang qui contient les premières éditions et quelques manuscrits  du répertoire de musique pour piano et de musique vocale de ces compositeurs.

La collection François-Lang rassemble encore un important fonds d’ouvrages théoriques : on y compte plus de cent cinquante traités datant principalement du 18e siècle comme, par exemple, les traités d’harmonie de Jean-Philippe Rameau, le dictionnaire de musique de J.-J. Rousseau (éditions de 1768 et de 1781) ou encore plusieurs traités de notation chorégraphique, la célèbre méthode de violon de Léopold Mozart, plusieurs méthodes d’enseignement du clavier, quelques traités d’organologie etc...

 Constitution de la collection: provenances et anciens possesseurs

On trouve, dans la collection François-Lang, de précieux exemplaires  ayant appartenu à Madame de Pompadour, au Grand Dauphin, à Madame Sophie, au Prince de Poix. D’autres proviennent des collections du Marquis de Sourches, de Sir G. Smart, Sir J. Stainer ou Godfrey Edward Pellew Arkwright par exemple. D’autres encore des bibliothèques de Joaquin Nin et Adolphe Jullien.

Plusieurs partitions portent des dédicaces de Mendelssohn, de Schumann, de Berlioz.

François Lang a acquis une grande partie des pièces de sa collection dans des magasins d’antiquariat français ou étrangers comme la librairie musicale Gustave Legouix à Paris, chez Ellis ou Seligmann à Londres ou encore chez Olschki à Genève par exemple. Il a également profité des grandes ventes des bibliothèques musicales de Camille Saint-Saens (vente à Lyon, 1926), de Vincent d’Indy (vente à Paris, 1933) ou encore de celle de Claude Debussy (vente à Paris, 1933).